J5 : de Jack’s Bay à Colac Bay (les Catlins)

29 mars 2014

Nous nous réveillons face à l’océan, le long de la Jack’s Bay, qui se situe à l’entrée des Catlins.

Les Catlins est une région au sud de l’île du sud. Elle est constituée d’un paysage côtier pittoresque aux vagues impressionnantes et d’une dense forêt qui abrite de nombreuses espèces d’oiseaux menacées.

Notre première balade de la journée sera donc le long de cette baie, aux rochers limés par les vagues.


A une vingtaine de minutes de marche de la baie se trouve le Jack’s blowhole, qui sera notre deuxième balade de la matinée. A 200 m de la plage, le blowhole est une caverne de 55m de profondeur qui, lorsque la mer est forte, fait jaillir l’eau tel un geyser.

Pas de chance pour nous, la houle n’était pas très forte ce matin et nous n’avons pas vu le phénomène de geyser. La balade n’en était pas moins magnifique !


Nous nous sommes ensuite mis en route et avons longé la côte . Ci-dessous le point de vue sur la baie Tautuku depuis la Florence Hill.

Florence Hill
Notre arrêt suivant fut la Mc Lean’s Fall, une jolie cascade (découverte par M. Mc Lean) à l’entrée du parc national des Catlins.


Notre route nous mena ensuite à la Porpoise Bay…

5. Porpoise bay (1)
5. Porpoise bay (2)

… et à la Curio Bay, juste à côté.


Tout près de là, se trouve une forêt pétrifiée. Il s’agit d’une forêt du Jurassique, vieille de 170 millions d’années. Au milieu de la roche apparaissent des troncs, des feuilles, des souches pétrifiées.
L’explication de ce phénomène résulte dans l’éruption d’un volcan : les alentours furent recouverts de cendres et des pluies torrentielles inondèrent toute la région. Les eaux, chargées de cendres, étaient ainsi saturées en silice ; les arbres s’imprégnèrent de ces eaux et furent transformés en roches en l’espace de quelques mois.


Enfin, notre dernier arrêt de la journée fut le phare de Waipapa. C’est le dernier phare construit en Nouvelle-Zélande, à la fin du XIXe siècle, suite au naufrage du SS Tararua en 1881 qui coûta la vie à 131 personnes.
Ce phare a été construit en partie en Kauri, un arbre endémique qui avait quasiment disparu à cause de l’exploitation humaine mais qui commence à repeupler la Nouvelle-Zélande.

En arrivant près du phare, nous tombons presque nez à nez avec des otaries (appelés lions de mer ici). Le mâle doit faire dans les 200 kgs, c’est impressionnant !
Ils se baladent tranquillement, dans les herbes près du sentier et ne semblent absolument pas troublés par notre présence.

Ces lions de mer, espèce endémique à la Nouvelle-Zélande, est une espèce en voie de disparition, leur population étant estimée aux alentours de 10 000 individus.


La nuit étant tombée nous faisons ensuite la route jusqu’à la Colac Bay, un peu après la ville de Invercargill, où nous passerons la nuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s