Plateau de Dieng

13 février 2014

Depuis la ville de Wonosobo, nous partons au petit matin vers le plateau de Dieng, Dataran Tinggi Dieng en indonésien. Le terme Dieng provient du javanais di hyang, qui signifie en français « demeure des dieux ».

Ce plateau au centre de l’île de Java est en fait un vaste complexe volcanique encore en activité. Il est constitué d’une caldeira (une dépression elliptique kilométrique à fond plat résultant d’une éruption volcanique)de 14 km de longueur pour 6km de largeur et culmine à 2’565m d’altitude, tandis que le fond de la dépression s’élève entre 1’600 et 2’000 m d’altitude.

0. Carte du plateau DiengCarte de 1854 du plateau de Dieng. Wikipédia.

Dû aux terres volcaniques fertiles et à son climat plus humide, le plateau de Dieng fut propice à l’agriculture. Le fond et toutes les pentes de la caldeira sont cultivés en terrasse à perte de vue, ce qui donne un très beau paysage saccadé.

C’est aussi un site archéologique avec la présence de huit temples hindouistes en ruine datant des 7e et 8e siècles. Leur nombre original se situait autour de 400.

Nous avons commencé notre journée par la visite de trois de ces temples :

– le Candi (temple) Arjuna, du nom de fils du dieu Indra.

– le Candi Gatotkaca, temple en l’honneur du fils de Bhima :

 

– et le Candi Setyaki :

Ces temples en pierre sont de petite taille et plutôt simples comparés à des édifices plus récents comme les temples de Borobudur et de Prambanan (qu’on n’a malheureusement pas pu visiter). Ils étaient dédiés à des divinités ancestrales mais n’avaient pas vocation à servir de lieu de culte aux hommes.

Nous avons ensuite continué notre chemin jusqu’au cratère Sikidang, voir les eaux bouillonnantes. D’un coup, la verdure environnante s’est transformée en une zone dévastée. Du fait de son activité, le volcan produit d’importantes émissions de gaz volcaniques sulfurés formant des fumerolles, des mares de boue et des lacs acides. Les habitants du plateau en tirent leur électricité grâce à une usine géothermique située à proximité.

Le site n’est qu’à peine sécurisé : on marche à même le cratère (ce qui est loin de nous déplaire) ; ici et là, des flaques d’eau grisâtre bouillonnent, le sol est glissant, des barrières ont été installées autour du plus gros trou, laissant s’échapper d’épaisses fumées de soufre. C’est saisissant!

Nous sommes ensuite allés nous balader du côté du Telaga Warna, un site regroupant deux lacs : le « lac coloré », d’un vert turquoise très joli et le lac Pengillon :

Notre dernière escapade de la journée sera de grimper jusqu’au sommet du mont Sikunir pour aller admirer le panorama sur tout le plateau : volcans, cratères et lacs, et y admirer le coucher de soleil.

Malheureusement pour nous, le temps de monter tout en haut, le ciel s’était couvert et nous nous sommes retrouvés au beau milieu des nuages.

On a tout de même pu entre-apercevoir quelques bouts de paysages. Ca doit sûrement être très joli lorsque le ciel est dégagé.

Nous avons ensuite fait la route jusque Magelang, pour retourner dans un chouette hôtel – avec piscine – dans lequel nous avions déjà séjourné avant notre visite du temple de Borobudur en début de semaine.

Objectif de demain : chiller grave dans la piscine 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s