Le trans-mongolien (aller)

19 août 2013

Départ vers la Mongolie avec la bifurcation mongole du mythique Orient-Express : le trans-mongolien.

Départ à 7h du mat’. La vision que nous avons lorsque nous descendons sur le quai nous emmène 100 ans en arrière : c’est un tout vieux train qui nous attend, avec deux personnes en uniforme à l’entrée de chaque wagon pour nous souhaiter la bienvenue.
Ces personnes sont les responsables du wagon (contrôle des passagers, propreté et nettoyage du wagon, approvisionnement en drap et eau chaude, confort et sécurité des passagers, …)

Nous avons une cabine (prévue pour 4 personnes) juste pour nous. Les couchettes sont assez durs (des « hard sleeper » pour ceux qui connaissent les trains chinois) et l’air co ne fonctionne pas mais on est aux anges.

Sortir de Pékin prend environ 45 minutes. Si nous avions encore du mal à réaliser l’étendue de cette ville, c’est désormais assimilé. Et il y a encore des immeubles qui se construisent à perte de vue (tous les mêmes, reproduits cinquante fois à l’identique, de l »urbanisme communiste (limite soviétique) en somme).

Petit à petit la nature fait son apparition : montagnes d’abord – ainsi qu’un petit bout de la Grande Muraille – des champs, et enfin la steppe. Il parait que nous avons traversé une partie du désert de Gobi à l’aube mais nous dormions. Quelques villes – apparemment industrielles – ponctuent également le trajet.

Première rencontre de notre voyage : Sandrine et Stéphane, deux français très sympas en route pour trois semaines à moto et à cheval en Mongolie – qu’on salue bien chaleureusement au passage.

Bref, le voyage est agréable. Jusqu’à la douane chinoise !

Le train s’arrête, de très antipathiques militaires entrent, contrôlent que nos têtes correspondent à celles sur nos passeports, puis sortent avec pour vérifier nos visas. La responsable de notre wagon nous informe que nous en avons pour minimum deux heures et que pouvons sortir en attendant. Nous voilà donc dehors, à la recherche de bières et biscuits, qu’on trouve dans le petit magasin du poste frontière. Il est 20h.
En sortant du magasin, pas moyen de sortir du poste frontière : les portes sont cadenassées de l’extérieur !
Nous tentons donc de sortir par un autre côté mais, le temps d’arriver sur le quai, le train s’en va…

La blague !

Bref, on panique (enfin moi surtout :-)). On essaie de demander aux chinois – qui ne parlent toujours pas un mot d’anglais – ce qui se passe. Pas de réponse compréhensible.
On essaie de leur expliquer que nos cabines sont restées ouvertes avec toutes nos affaires dedans, que d’autres passagers sont restés dans le train et qu’on a peur qu’on nous pique des trucs mais de nouveau, pas de réponse compréhensible.
On comprend juste qu’on doit attendre au moins deux heures de plus. Heureusement qu’on a des bières.

Finalement, deux bonnes heures après, le train revient… Nous avions simplement oublié que la largeur des rails n’est pas la même entre la Chine et la Mongolie ; ils étaient donc juste parti changé les essieux du train. Dommage qu’on n’ait pas pu remonter dans le train à temps, ça nous aurait intéressé de voir la manœuvre.
La responsable de notre wagon, habituée à tout ça, avait verrouillé nos cabines donc rien ne manquait. Ouf ouf.
Il est désormais 23h30 et nous sommes contents de regagner nos pénates.
30 minutes plus tard, rebelotte les militaires antipathiques et le contrôle de passeport / visa à la douane mongole.
Finalement le train ne reprendra sa route que vers 1h du matin.

Le reste du voyage se passe très, très bien. Et on arrive vers 14h à Oulan-Bator.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s